Fumisterie et tubage pour poêle à bois
Fumisterie et tubage pour poêle à bois

C’est une tendance qui se confirme chaque année, le poêle à bois fait son grand retour. Et cela se comprend…

Le poêle à bois dispose aujourd’hui de rendements énergétiques très intéressants. De plus, les modèles s’adaptent aux nouvelles technologies, comme les poêles à granulés qui se pilotent très facilement comme une chaudière classique pour un confort optimal. Enfin, le bois est une énergie verte. Le poêle à bûche ou à granulés est donc une solution de chauffage écologique.

Si pour toutes ces raisons, vous souhaitez vous équiper d’un poêle dans votre logement, vous allez inévitablement vous poser la question du tubageet plus généralement de la fumisterie. Nous allons aborder ici ce sujet.

 

Fumisterie et poêle à bois, petit rappel

La fumisterieest un terme général qui regroupe tout ce qui concerne l’évacuation des fumées (poêle à bois, chaudière, insert, etc). Les opérations d’installation et d’entretien, mais également l’ensemble des composants techniques : conduit, Té de raccordement, tubage, support, coude, etc.

 

Comment choisir le tubage de son poêle à bois ?

Pièce centrale de l’évacuation des fumées de votre poêle, le tubage présente différentes variantes en fonction de la situation.

Si vous avez déjà dans votre logement un conduit de cheminée, c’est parfait. Un tubage flexible d’environ 150mm de diamètre (à définir en fonction de l’appareil à installer) à tirer à l’intérieur fonctionnera très bien.

Si ce n’est pas le cas, vous pouvez placer votre évacuation directement à travers un mur. Dans un souci de simplicité, si votre configuration est standard, il existe des kits pour fumisteriequi contiennent directement l’ensemble des pièces nécessaires.

Le tubage à l’intérieur de votre pièce sera généralement rigide. Les conduits noirs mats sont souvent privilégiés car ils s’intègrent facilement avec la décoration de votre pièce.

 

Tubage double paroi, quels avantages ?

Le tubage double paroi, aussi appelé tubage isolé, est constitué d’un premier tubage, entouré de fibre de céramique isolante, le tout recouvert par un second tubage.

Bien que plus cher, ce type de tubage offre une meilleure longévité. De plus, la température extérieure du tubage étant bien plus basse que pour un tubage simple paroi, le risque incendie est très fortement réduit. Enfin, les tubages isolés offrent un meilleur tirage, ce qui améliore le confort d’utilisation de votre poêle à bois.

 

Des règles de sécurité strictes

Tous les travaux de fumisterie sont très fortement réglementés afin de limiter les accidents. Si vous souhaitez réaliser vos travaux vous-mêmes, pensez à vous informer.

Par exemple, la norme NF DTU 24.1impose un nombre maximal de coudes à 45°. De même, la norme NF EN 12391-1prévoit des dispositions précises pour l’installation des conduits métalliques.

 

Zones de sortie du conduit et évacuation des fumées

En fonction de l’emplacement de la sortie des fumées, la réglementation diffère.Pour la zone 1, à savoir au-dessus du faîtage, le poêle peut prélever l’air ambiant ou à l’extérieur via un conduit d’amené d’air. C’est le cas le plus commun.

En revanche, en zone 2 ou 3, respectivement au niveau de la toiture ou en sortie sur façade du logement, le poêle installé doit être étanche, c’est-à-dire sans prélèvement d’air dans la pièce où il est placé. Cette condition limite fortement le choix de l’appareil…

 

Ne pas oublier le ramonage…

Pour entretenir votre tubage et limiter le risque d’incendie ou d’intoxication au monoxyde de carbone, il est impératif de faire un ramonage complet au moins une fois par an (et même deux fois pour une consommation supérieure à 5 cordes, voir le règlement spécifique à chaque département en préfecture).Ce dernier, qui coute entre 50 et 100€, doit être effectué par un professionnel qui vous délivrera un certificat. Ce dernier vous sera demandé par votre assurance en cas de sinistre, il est donc important d’y penser.